Pour vous parler un peu de moi ...

Cassandre, 26 ans et je viens de m’embarquer dans une nouvelle aventure !

05082019-DSC07310

Par où commencer ? 

J’ai grandit dans la campagne Toulousaine, au grand air. Fille unique, j’ai eu l’habitude de me balader dans les alentours accompagnée de mon chien, de faire du vélo ect.. J’avais beaucoup d’énergie et j’ai fait beaucoup de sport ! Puis j’ai grandit, et je suis allée faire mes études à Toulouse, à la fac de sport.

En seconde année, j’ai décidé de me mettre à la plongée sous marine. Attirée depuis toujours par l’eau, la mer, ça a été comme une évidence. J’ai développé une passion pour ce sport de pleine nature, je suis tombée amoureuse des fonds marins et de leur habitants. J’ai continué jusqu’à devenir monitrice en Corse. En quelques années, j’ai appris à respecter  cet environnement, à ne pas le dégrader, à sensibiliser mes élèves et mes proches.

 

En parallèle j’ai poursuivit mes études et j’ai obtenu un master en gestion des organisations sportives.  Mon stage de fin d’étude s’est passé dans une agence d’événementiel, qui organisait des séminaires et des séjours sportifs en pleine nature. En charge d’un séminaire à Lisbonne, je me suis aperçu des dégâts causés par le tourisme de masse : quartier historique délaissé au profit d’appartements à louer, des habitants chassés par les promoteurs immobiliers, des bateaux de croisières vomissant des milliers de touristes dans les petites rues étroites de la capitale portugaise…  Et moi en tant qu’organisatrice d’événement, comment puis-je faire autre chose ? Comment me différencier de ce tourisme si néfaste ? Comment puis-je organiser un séminaire éco responsable ?

Voila ce qui m’a lancé sur la piste. Depuis ça j’ai continué à y penser ! 

Ce qui m'a poussé à changer ma vie

Après différentes expériences professionnelle, je me suis aperçue d’une chose : 

Plus j’étais enfermée pour travailler, derrière un écran, à répondre à mes mails toute la journée, plus j’avais envie de voir ce qui se passait à l’extérieur. Je profitais de chaque week end prolongé pour visiter des capitales européennes. Avec des vols lowcost beaucoup de villes sont accessibles depuis Toulouse. Et à chaque visite, j’avais envie d’en voir plus, de rester plus longtemps, de ne pas me limiter à la ville mais d’aller explorer plus loin… Avec Baptiste,  mon chéri, nous avons loué plusieurs fois une voiture sur une journée pour découvrir les paysages plus sauvages, au delà des buildings.

Mon contrat en agence d’événementiel s’est terminé, et j’avais besoin de respirer. J’avais besoin d’apprendre à me connaitre un peu plus, à approfondir ce moi que j’ai touché du doigt quelques fois. 

LRG_DSC01821

Entre deux voyages, je me nourrissais d’aventures de personnes que je ne connaissais pas sur les réseaux. Traveler girls, influenceurs voyage, wonderlusters… et vanlifers. C’est là où je me suis dit « ça fait vraiment rêver ».  Voyager là où l’on veut, quand on veut, rester tant de temps à un endroit, puis bouger. Visiter doucement. Etre plus proche de la nature.

Pourquoi pas moi ?

J’ai besoin de me trouver, quoi de mieux qu’un voyage en solo pour apprendre à connaitre ses limites, ses failles, sa personnalité ? 
J’ai besoin de respirer, de prendre mon temps dans cette société qui ne me demande qu’à être plus productif, quoi de mieux que d’être au grand air, dans des paysages à couper le souffle ?
J’ai besoin de trouver une alternative à notre mode de vie, à amasser des richesses matérielles, à surconsommer, gaspiller, jeter, polluer… quoi de mieux que de vivre nomade pendant un temps en parfaite autonomie.
Et j’ai besoin de renouer avec  l’humain, dans notre société où l’image fait la personne, où tout est dans le paraître… Quoi de mieux que se perdre au fin fond de l’Europe pour renouer avec l’entraide, le partage ?

C’est avec cette réflexion que j’ai sauté le pas, que j’ai acheté un fourgon. 

67486627_565575507519033_1416575158767845376_n
© Lyn Photography

Ce que Je veux crier haut et fort

On n'a qu'une planète, protégeons la !

Aujourd’hui, ce que je veux crier au haut fort c’est que notre planète est belle ! Elle regorge de cultures, de populations, de paysages, de végétations, de faunes, de flores … qui sont malheureusement vouées à disparaître si nous continuons comme ça. Nous n’avons qu’une seule planète, protégeons la.

J’ai choisi le Slow Travel afin d’apprécier réellement la découverte de notre planète, d’une manière moins consumériste et moins rapide. La vanlife s’y prête complètement : rouler un peu, trouver un spot pour passer la nuit, vivre au rythme du soleil, ne pas avoir le stress de rentrer chez soi ou de faire de la route. D’un point de vue écologique, c’est aussi pertinent : je réduis mon emprunte carbone en ne voyageant pas en avion, je suis autonome en électricité, je fais attention à la manière dont je consomme l’eau, le gaz, je réduis mes déchets, et je m’entoure à la fois de rien (on ne prend que le nécessaire lorsqu’on vit dans 8m²) et de TOUT : paysages fabuleux, un jardin immense, un terrain de jeu grandeur nature…

A chacun son astuce pour préserver notre planète, voilà ce que j’ai choisit !

Quand on veut, on peut !

C’est parfois difficile de croire qu’une demoiselle, avec ses 1m66 et ses bras tout fins, va construire de A à Z une maison sur roues, sans être une spécialiste du bricolage. 

Combien de fois on m’a découragé ? 

« Laisses-tomber tu n’y arriveras pas. » 
« Tu t’es renseignée au moins avant ? »
 «Mais ton père il t’aide ? » 
« Ah mais tu ne le fait pas avec ton mec ? »
« Tu vas les mettre où toutes tes chaussures ? ». 


C’est vraiment quelque chose qui m’a beaucoup énervée les premiers mois. Et après avoir récité les normes d’aménagement à chaque personne, répété mon discours des dizaines et dizaines de fois, je me suis lassée. Ce n’est pas en parlant que l’on montrera que c’est possible, c’est en agissant.
Outre mon égo de femme, il y a un vrai message derrière cela : SI ON VEUT, ON PEUT, QUEL QUE SOIT NOTRE SEXE

Si moi je peux, pourquoi pas toi ? Si partager mon aventure peut donner du courage aux autres, je ferai tout pour la raconter.

Assez parlé de moi, parlons de choses qui t’intéressent : parlons de voyage !